Balado du 3 juillet 2022

Dernière mise à jour : 30 sept.

Au programme, pour le balado d'aujourd'hui:


  1. Tranche de vie: Le parc Belmont;

  2. On découvre la chanson Le Parc Belmont, Luc Plamondon;

  3. On écrit l'amour...pour le cinéma;

  4. On rend hommage à la rédemption;

  5. On écrit au rythme d'une chanson (littéralement!);

  6. Pour les plus contemplatifs, on s'inspire de la passion selon Thomas D'Aquin;

  7. On substitue la forme active à la forme passive.


Tranches de vie


Le Parc Belmont


"Quand j’étais enfant

J’voulais toujours qu’on m’emmène

Au parc Belmont..."

  1. Courte historique du Parc Belmont: Parc d’attractions ayant opéré pendant 60 ans (de 1923 à 1983). Tout d’abord un petit parc champêtre où les gens se rendaient par tramway pour un peu de verdure et de campagne.

  2. Un peu après le crash boursier des années, 30, les manèges commencèrent à faire leur apparition. Notamment le cyclone, fameuse montagne russe en bois qui borde le parc, la Rivière des Prairies…et qui m’a toujours donné froid dans le dos.

  3. S’ensuivent des problèmes d’ordre administratif et humain. En 1979, un grave accident blessa deux enfants, et une descente de police un peu plus tard suffirent à ternir l’image du parc.

  4. Le parc Belmont ferma ses portes en 1983 en raison de nombreux problèmes, dont une baisse d’achalandage, une hausse de taxes, les plaintes du voisinage résidentiel.

  5. J’ai longtemps été chagrinée de voir “mon” Parc Belmont disparaître. Je me souviens qu’avant sa fermeture, nous attendions l’autobus devant le Parc Belmont et ma sœur et moi regardions à travers la clôture afin d’y voir ne serait-ce qu’un petit aperçu de notre parc bien-aimé. J’ai toujours senti qu’on m’avait dérobé une partie de mon enfance en détruisant ce parc.

  6. Mes souvenirs les plus joyeux: les soirées au Parc Belmont juste après le rituel du bain.

Appréciation littéraire


Le Parc Belmont


Musique: Roch Christian Saint

Paroles: Luc Plamondon

Interprète: Diane Dufresne



Qu’est-ce que j’ai fait au monde?

Pour qu’on m’enferme ici

Pour le reste de ma vie

Qu’est-ce que j’ai fait au monde?

Y’a des jours où j’oublie

Qui je suis et où je suis

Moi j’étais comme tout l’monde

Je vivais ma folie

Doucement sans faire de bruit

J’faisais pas mal au monde

J’avais le droit aussi

De vouloir lâcher mon cri

Quand j’étais enfant

J’voulais toujours qu’on m’emmène

Au parc Belmont

Pour moi c’était ça la vie

C’était la fête

C’était beau comme dans ma tête

Mais j’ai grandi

J’ai connu la vie

Et j’ai choisi d’habiter

Le monde de mon imagination

Je capte d’autres ondes

On n’a jamais compris

Tout ce que j’ai écrit

Je ne vois plus le monde

Entre mes murs tout gris

Je peins ma chaise et mon lit

Qu’est-ce que j’fais dans ce monde

Si j’ai pas le génie

De Van Gogh ou de Vinci?

Les yeux de la Joconde

Sont les yeux d’un esprit

Que me poursuit dans ma nuit

Quand ils sont venus me chercher

Ils m’ont dit:

Viens on t’emmène au parc Belmont

Je savais où ils m’emmenaient

Mais j’ai rien dit

Y’avait pas d’autre sortie

Que cet asile

Où je vis ma vie

En voyage organisé

Un long voyage au bout de la nuit

Quand j’veux faire peur au monde

Y’a des jours où je cris

Jusqu’à ce qu’on me lie

Jusqu’à ce qu’on me tonde

Y’a des jours où je prie

Pour que tout soit fini

J’demande plus rien au monde

J’accepte ma folie

Comme une maladie

La guérison est longue

Si jamais je guéris

J’veux qu’on m’achète un fusil

Pis là j’vas tirer

J’vas tirer comme on tirait

Au parc Belmont

Ta ra ta ta ta ta ta

Ra ta ta ta

J’vas tirer pis j’vas regarder

Tomber les têtes

Ça va être ma fête

Vous allez voir si j’suis folle

NON

J’veux pas mettre la camisole

NON

Emmenez-moi au parc Belmont

NON

Emmenez-moi au parc Belmont



Pourquoi j'aime ce texte de chanson:


Pourquoi cette chanson? Malgré la lourde charge émotive qu’elle porte, cette histoire contée à travers Diane Dufresne demeure l’une de mes favorites. Cette chanson est pour moi une des plus déchirantes spirales descendantes vers la maladie mentale. D’abord, le sentiment d’être marginal et incompris de la protagoniste de cette chanson démontre le début d’une aliénation sociale de plus en plus oppressante.


Aux premiers couplets, le Parc Belmont semble illustrer le désir de fuir la réalité


Moi, qui autrefois éprouvais une peur bleue de maladies mentales lourdes et de l’internement, j’ai commencé à comprendre que le sujet de la santé et la maladie mentale est beaucoup plus vaste que l’image qu’on se faisait autrefois des personnes "institutionnalisées". Dépression, anxiété, hypocondrie, agoraphobie: la palette de souffrances psychologiques est beaucoup plus colorée et peut nous toucher de plus près que l’on pense.


Un des passages de la chanson qui toujours me bouleverse:


Quand ils sont venus me chercher

Ils m’ont dit:

Viens on t’emmène au parc Belmont

Je savais où ils m’emmenaient

Mais j’ai rien dit


Semble exprimer avec émotion la résignation et le sentiment de fatalité de cette personne en chemin vers un probable hôpital psychiatrique. Les vers des couplets suivants tendent à démontrer qu’il ne sera pas aussi “festif” que le Parc Belmont (Le long voyage au bout de la nuit). Elle accepte son sort… pour plus tard se révolter (NON! J’veux pas mettre la camisole).


Terrain de jeu populaire jusqu’aux années 70, le Parc Belmont, par l’abondance de son activité et sa joyeuse frénésie, peut évoquer autant l’activité cérébrale en effervescence du personnage de la chanson, que cette bulle d’insouciance à jamais détruite par sa nouvelle réalité.